Retour

Le point de vue de NO COM

La transformation en marche, mais en attente d’un récit

La transformation en marche, mais en attente d’un récit

Le cabinet NO COM publie aujourd’hui la troisième vague du Tableau de bord de la transformation de la France. Analyse de Pierre Giacometti, Coprésident de NO COM.

 

Les six premiers mois du quinquennat n’ont pas atténué le risque, observé en juin dernier, d’une transformation réservée à une France optimiste. C’est même l’inverse qui se produit. La transformation n’est, certes, pas contestée dans sa légitimité mais son mode opératoire semble moins bien compris. Après ces premiers mois d’action, on a le sentiment que s’installe une forme d’usure mêlée d’impatience à l’égard d’un débat suscitant aujourd’hui davantage de réflexes d’inquiétude et d’incompréhension que d’espoir. L’ambition de la transformation est très exigeante, car elle est associée à un temps long. Or elle doit faire face à l’impatience de résultats, celle du temps court.  En six mois, le besoin de protection et le repli identitaire ont gagné du terrain. A la montée du scepticisme dans les classes moyennes et les classes populaires s’ajoute l’inquiétude croissante concernant l’avenir du pays, et notamment sa capacité à offrir des perspectives positives aux générations futures.

 

L’équation de la réussite de la transformation rappelle celle observée dans les entreprises. Comment éviter que la conduite courageuse de réformes difficiles n’entraîne pas la montée du sentiment d’injustice ? Comment concilier action réformatrice et besoin d’équité ?  Ces questions sont au cœur du débat actuel sur la transformation. Les réformes économiques engagées depuis 6 mois divisent les Français. L’attente de justice sociale comme première condition de la réussite de la transformation connait une progression significative, notamment dans la France populaire. Et les Français qui demandent un cap et une lisibilité du changement semblent pour l’instant rester sur leur faim. Oui, disent-ils, la transformation est en marche et elle est menée avec un certain courage, mais il lui manque un récit, une vision de la France transformée au bénéfice de tous.

 

En 1958, quand le Général revient au pouvoir il présente aux Français ses trois combats : la résolution de la crise algérienne, l’instauration du nouveau franc et l’élaboration d’une nouvelle Constitution. « Sa » transformation est installée. C’est au même défi qu’est confronté aujourd’hui le président de la République : installer un récit clair, compris et mémorable, que tous ses soutiens puissent décliner avec cohérence.

 

Pour lui, l’enjeu clé du récit de la transformation dans les mois qui viennent, c’est de traduire le concept en combats prioritaires et de fixer le calendrier des résultats attendus. L’action menée en matière d’éducation fait bien figure d’atout numéro un. Les niveaux d’approbation des actions engagées depuis six mois et destinées à améliorer la situation de l’école sont remarquables Les Français sont rassemblés derrière l’action du ministre. Les clivages politiques disparaissent. Les bons combats de la transformation ont besoin de consensus. On les retrouve aussi, dans une moindre mesure, dans d’autres domaines comme la sécurité et l’aide aux entreprises.

 

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait affiché l’éducation comme le combat majeur du futur quinquennat. Ce combat pour l’école présente deux avantages : il permet de faire la pédagogie du temps de la transformation – celui du temps long – de la patience et du travail de fond. C’est le temps présidentiel. Et, dans les résultats de ce tableau de bord, il apparait comme le combat « transpartisan » par excellence, rassemblant la gauche et la droite. La reprise en main des fondamentaux de l’école est en phase avec la perception d’une transformation labellisée « ni gauche ni droite » par une nette majorité de Français.

 

Pierre Giacometti

Coprésident de No Com

 

Découvrez dans cette présentation les principaux enseignements :

 

*Le cabinet de conseil en stratégie NO COM a lancé en mai le Tableau de Bord de la Transformation de la France. 

Cette enquête d’opinion commandée à l’IFOP, en partenariat avec le JDD, a pour objectif de cerner la perception qu’ont les Français de la transformation de la France. Ce débat sur la transformation a été au cœur de la dernière campagne présidentielle. Porteur de réflexions stratégiques pour le monde de l’entreprise, il est aussi devenu, par la force des circonstances, un débat politique central. 

Ce tableau de bord de la transformation de la France permettra, dans les années qui viennent, de mieux comprendre l’impact de la transformation auprès des Français. Il est constitué d’une série d’indicateurs abordant quatre thématiques majeures : la confiance dans l’avenir, la dynamique d’adhésion/résistance, les bénéfices attendus et la perception des actions engagées. 

 

 

Partager Partager Tweet