Conseil
stratégique
en communication

Culture

Docu-série Beckham sur Netflix, les leçons d’un succès

Docu-série ‘BECKHAM’, Netflix, Octobre 2023, réalisée par Fisher Stevens et coproduite par David Beckham Studio 99.

 

La docu-série en quelques mots :

Cette minisérie produite par Netflix retrace l’ascension du footablleur anglais David Beckham, depuis son enfance à Leytonstone jusqu’aux sommets du football mondial. 

De son ascension fulgurante au carton rouge lors de la Coupe du monde 1998 – qui lui valent d’être détesté par tout un pays – jusqu’au succès au Real-Madrid, la série offre une plongée dans la vie publique mais aussi intime de la star mondiale. Sa rencontre avec Victoria – ancienne membre des Spice Girls –, leur vie de famille sous les projecteurs, sa maniaquerie… On découvre aussi, en filigrane, la passion d’un homme qui a presque toujours fait passer sa carrière avant sa vie personnelle. 

Loin d’une énième déclinaison marketing du filon Beckham, le documentaire, sincère, s’applique à dépeindre le joueur, aussi bien que l’homme et le businessman derrière l’image de marque. En explorant ses failles, on se rappelle – ou l’on découvre – avec toujours plus d’empathie tous les épisodes qui ont marqué sa vie. Et l’on reste captivé, que l’on soit amateur de foot ou non. 

Ce que la docu-série nous dit du récit : 

Appliquer les codes de la fiction – personnages, schéma narratif, etc. – à une série documentaire ne la rend pas moins authentique ni plus brumeuse. Fictionnaliser un récit, c’est apporter le supplément d’émotion qui permet de toucher les spectateurs en plein cœur, de s’identifier, de se souvenir. Cela permet aussi une remise en question : montrer les succès mais aussi les failles, les qualités comme les défauts humanise le récit, lui donne de la force en le faisant résonner en chacun de nous. Qu’est-ce qu’une vie sous les projecteurs ? Comment passe-t-on du statut de prodige à celui de joueur hué à chaque match ? Et si, en ayant recours à de fréquentes mises en abyme, le réalisateur filme les protagonistes en train de visionner leurs propres souvenirs via des images d’archives, c’est aussi pour mieux retranscrire leurs émotions. À l’image des séries Drive to survive – Formula 1, The last dance avec Michael Jordan ou encore le Tour de France, la série Beckham connaît un succès fou et ce n’est pas un hasard. La série documentaire permet de raconter une histoire et d’établir une connexion émotionnelle. Et c’est la justesse de l’émotion qui permet d’attraper le public et de rendre le récit si captivant. 

Notre avis : 

On ne soupçonne pas toujours la force d’un bon documentaire. Réaliser un documentaire permet à une entreprise ou une marque de se raconter, de se mettre en scène tout en maîtrisant la narration. Humaniser des sujets impopulaires, partager son point de vue, livrer son ressenti… Ce sont autant de leviers pour renforcer la proximité et la confiance envers la marque. En partageant une intimité choisie, on fait le pari d’être mieux compris et donc mieux accepté. La série-documentaire donne ainsi une grande force et authenticité à une histoire tout en permettant à ses protagonistes de demeurer acteurs de leur propre récit. 

Diane Vey et Léona Mysliwski

Crédits photos : Photo de Sam McGhee sur Unsplash et Photo Netflix